Accueil du site > Actions passées > Actions 2011 > Comptes rendus d’actions > Actions sur 3 jours à St Brieuc (...)

16 avril 2011 : Actions sur 3 jours à St Brieuc (22)

Samedi 16 avril 2011 : ST Brieuc défilé sur le marché du centre-ville Nous étions une vingtaine d’un nouveau collectif départemental réclamant la sortie du nucléaire. 11 d’entre nous avions revêtu une combinaison et un masque blancs et portions à l’avant une des lettres de Tchernobyl et sur le dos une de celles de Fukushima. 3 musiciens accompagnaient le défilé par des percussions, flute et guitare propices au recueillement et à la gravité de la situtation. Les autres participants distribuaient un tract rappelant les catastrophes et accidents du nucléaire, réclamant l’arrêt de son exploitation et invitant à une soirée film débat. Ils proposaient de signer la pétition de la CRIIRAD sur la transparence des informations sur la radioactivité.

Dimanche 17 avril 2011 : St Brieuc défilé au marché de la croix Lambert A nouveau une vingtaine de participants ont renouvelé le défilé de la veille et les distributions de tracts et pétitions. Les passants et commerçants ont dans l’ensemble apprécié cette forme d’interpellation. De nombreux parents expliquaient à leurs enfants ce que signifiait le mot Tchernobyl.

Mardi 19 avril 2011 : soirée film "Nucléaire : Rien à Signaler" suivi d’un débat sur "comment sortir du nucléaire" 100 spectateurs ont payé leur entrée au cinéma et rempli la salle. Nous avions choisi un thème de débat qui ne faisait pas un lien direct avec le film (travailleurs nomades du nucléaire) pour montrer que des alternatives au nucléaire existent déjà. Un ingénieur énergéticien, Marc Théry nous a exposé les réalisations dans le canton du Méné (à 40 kms de St Brieuc) qui visent l’autonomie énergétique du territoire. Il a élargi son propos à d’autres réalisations en Europe et dans le monde. Les échanges avec les spectateurs n’ont pas vraiment constitué un débat - toujours difficile dans une salle de cinéma - mais ont permis d’approfondir le thème voire d’effleurer des sujets sensibles et de discordance sur la place d’un service public de l’électricité.