Accueil du site > Plus sur Tchernobyl > Documents > Dossier de presse 2011

Dossier de presse 2011

Un déni de mémoire. Comment comprendre autrement la double annonce du déplacement à Kiev ces 18 et 19 avril 2011 du Premier Ministre, François Fillon, et de la ministre de l’Environnement, Nathalie Kosciusko-Morizet, pour assister à la commémoration des 25 ans de Tchernobyl et au Sommet sur « l’utilisation sûre et innovante de l’énergie nucléaire »… Alors que les accidents nucléaires dramatiques, qui se reproduisent au Japon 25 ans après ceux qui ont frappé l’Europe, démontrent pourtant que sûreté et nucléaire sont deux termes inconciliables, le gouvernement français persiste à nier l’évidence. Rappelons-la.

Dans la nuit du 26 avril 1986, le réacteur n°4 de la centrale de Tchernobyl explosait. Si la vie semble avoir aujourd’hui repris son cours en Ukraine et en Biélorussie, 25 ans après la catastrophe n’est pourtant pas terminée. 25 ans de mensonges et de dissimulations de la part de l’industrie nucléaire, mais aussi de l’Organisation Mondiale de la Santé, et des gouvernements. L’Académie des sciences de New-York dresse un bilan qui dépasse largement les 4 000 morts avancés par l’OMS : 1 million de personnes décédées entre 1986 et 2004.

Le 11 mars dernier, le Japon a été frappé par une catastrophe nucléaire majeure. Après plus d’un mois de situation incontrôlée, l’Agence japonaise de sûreté nucléaire vient de classer au niveau maximum l’accident nucléaire de la centrale de Fukushima, le plaçant au même degré de gravité que la catastrophe de Tchernobyl. Une fois encore, ce sont des étendues immenses qui seront interdites à l’Homme pour plusieurs décennies. A 25 ans d’intervalle, l’histoire se répète tristement...

La volonté de sortir du nucléaire ne doit pas être et n’est pas un dogme ou une condamnation de l’industrie nucléaire par principe. C’est une démarche pragmatique nourrie non seulement par la conviction que l’énergie nucléaire représente à la fois une capacité de destruction que nos sociétés ne peuvent admettre, mais que la production de cette énergie va à l’encontre de tous les efforts entrepris pour relever les enjeux énergétiques et environnementaux actuels ; pire encore, qu’elle tue les initiatives prises en ce sens.

Le Réseau « Sortir du nucléaire » saisit l’occasion de ces 25 ans de Tchernobyl pour lancer le débat sur le nucléaire et les alternatives, grâce à des actions partout : au total, ce sont 444 actions dans 24 pays à travers le monde, dont 308 en France, qui sont organisées par les groupes et militants du Réseau « Sortir du nucléaire » : manifestations, conférences, avec comme point d’orgue le week-end de Pâques ; autant d’occasions, pour vous les journalistes, de vous approprier les enjeux pour mieux interpeller, susciter les questionnements et nourrir le débat citoyen. Le dossier que vous trouverez en pièce jointe devrait vous y aider.

Téléchargez le dossier de presse des 25 ans de la catastrophe de Tchernobyl :

PDF - 1.3 Mo
Dossier de presse 2011