Accueil du site > Actions passées > Actions 2012 > Comptes rendus des actions > Projections-débats à L’Ile Bouchard et (...)

Projections-débats à L’Ile Bouchard et Langeais (37)

L’association Ciné-off organisait vendredi 27 avril au cinéma "Le Cube" de L’Ile Bouchard et mardi 1er mai 2012, à Langeais, Espace Jean-Hugues Anglade, des projections du film de Michale Boganim, "La Terre outragée", suivie de débats avec le groupe local Sortir du Nucléaire-Touraine.

Marc Erens et Philippe Gardelle sont intervenus au cinéma de L’Ile Bouchard (le 27) et également à celui de Chinon le 3 mai (projection par l’association Ciné Plus de Chinon).
Tant à L’Ile Bouchard qu’à Chinon, nous avons eu des personnes très intéressées et un public nouveau en grande partie, ce qui nous a permis d’élargir l’audience ... et de convaincre, même ! Nous avons distribué des tracts, des cartes de France nucléaire et des brochures, ce qui a été bien apprécié, et qui permettra aussi de compléter les argumentations, avec l’espoir de gagner encore des sympathisants.
A L’Ile Bouchard, les questions ont tout de suite porté sur la sortie du nucléaire, avec des personnes convaincues qui ont argumenté dans notre sens, et une personne employée à la centrale de Chinon-Avoine, critique, mais malgré tout sans animosité, ce qui devient de plus en plus courant. Nous avons également parlé de l’extraction de l’uranium au Niger et en Australie et de ses conséquences : pour beaucoup, c’était une découverte et cela permet d’un peu plus d’ouvrir les yeux sur la prétendue indépendance de la France.
A Chinon, les débats ont plus porté sur la dangerosité du nucléaire, notamment le passage du nuage de Tchernobyl, ses rayons d’actions et ses conséquences sur la santé, les leucémies par exemple ; à ce sujet, l’inquiétude se fait jour lorsqu’on évoque des personnels de santé effarés devant le nombre de personnes atteintes de leucémies près des centrales. Un médecin a pris la parole pour présenter un document signé du professeur Pellerin de triste mémoire, qui niait deux jours après la catastrophe, les conséquences de la radio activité : au CHU de Nancy, ce document disparaîtra de l’affichage aussi vite qu’il était apparu, mais nous en avons une copie !
Il est possible que le ciné club de Loudun (commune voisine de Chinon) nous demande d’intervenir à la rentrée pour une intervention, nous y serons.

Jean-Claude Bragoulet et Sylvain Jégorel ont animé le débat à Langeais le 1er mai, assistés par Anna Hilnich jeune Biélorusse née à Minsk un an avant la catastrophe de Tchernobyl.
A l’issue de la projection, Jean-Claude Bragoulet a présenté le réseau Sortir du Nucléaire et évoqué l’histoire du nucléaire en France, aboutissant aux 58 réacteurs en service actuellement sur notre territoire. Sylvain Jégorel a ensuite souligné le réalisme des scènes montrées dans le film, faisant écho aux témoignages de Vassili Nesterenko (physicien décédé en 2008, ex-directeur de l’Institut de l’énergie nucléaire, liquidateur, puis directeur de l’Institut indépendant biélorusse de protection radiologique "Belrad").
Anna Hilnich nous a livré ses souvenirs d’enfance, du quotidien vécu à Minsk, les contrôles médicaux réguliers, les problèmes de dysfonctionnement de thyroïde, la radioactivité ambiante, les aliments contaminés circulant en Biélorussie, les anomalies croisées dans la campagne ou sur les étals, "des baies anormalement grosses, des champignons de la taille d’un bébé...", les orphelins de Tchernobyl appelés de façon péjorative "Tchernobyliens", l’opacité de l’information officielle : "il y avait ceux qui savaient et les autres... Nous connaissions quelqu’un qui travaillait dans une centrale, un ami de ma grand-mère, un beau jour il l’a appelé et lui a dit de ne pas me laisser sortir dehors et de calfeutrer portes et fenêtres avec des linges humides, mais surtout recommandé de ne rien dire !" Plusieurs questions ont émané du public suite à ce témoignage, dont combien de victimes a fait la catastrophe ?
Nous avons répondu à cette question à la fois du point de vue "officiel", de l’AIEA, soit une trentaine de morts et quelques centaines d’irradiés et du point vue d’organismes et scientifiques indépendants, soit plusieurs dizaines de milliers de morts directement dus à la catastrophe, plus toutes les pathologies à venir, étant donné la durée de toxicité des radio éléments dispersés dans l’environnement et les effets délétères qu’ils auront sur le vivant pour des centaines d’années. Il nous a également été demandé quel était le rôle de Sortir du nucléaire, quelles actions menions-nous, quelle positions politiques adoptions-nous, quelles alternatives proposions nous pour abandonner le nucléaire ?
Jean-Claude Bragoulet a rappelé à l’auditoire l’action du 11 mars dernier, ayant réuni 60 000 personnes pour une chaine humaine antinucléaire entre Lyon et Avignon, l’appel fait à tous les candidats à la présidence à se prononcer sur la question du nucléaire, et a rappelé nos solutions pour sortir du nucléaire : efficacité énergétique de l’habitat, gestion de la consommation, développement réel des solutions de production renouvelables...
En conclusion, bien que la belle et chaude journée de ce 1er mai nous ait fait craindre une désaffection du public, celui-ci a quand même répondu au rendez-vous, les organisateurs nous ayant d’ailleurs attesté être satisfaits d’une telle fréquentation pour une séance du mardi. La soirée fût très riche, à la fois du point de vue du film diffusé et de celui des débats qui s’en sont suivis, avec une note particulièrement émouvante pour le témoignage d’Anna Hilnich.

A noter, le cinéma Le Générique (commune de Montbazon 37250) a également programmé "La terre outragée", à la demande de Sandra Daveau (militante SdN-T.), qui a réalisé et distribué un tract d’information antinucléaire (voir document ci-dessous) lors des quatre séances du film, du 05 au 08 mai.

Nous tenons à remercier l’association Ciné Off pour son invitation à ces débats, ainsi que la ville de Langeais pour son accueil, Anna Hilnich pour son témoignage, les responsables du cinéma de L’Ile Bouchard et de Montbazon et les animateurs de "Ciné Plus" de Chinon.

J.Cl. Bragoulet, S. Jégorel, M. Erens, Ph. Gardelle du groupe local SdN-Touraine.