AFP (1) - 26/04/08

Anniversaire de Tchernobyl : des rassemblements dans toute la France

Avec des masques blancs, des mimes ou des fleurs, des centaines de militants antinucléaires ont manifesté par petits groupes, un peu partout en France, à l’occasion de la Journée internationale de mobilisation contre le nucléaire marquant le 22e anniversaire de Tchernobyl.

Les rassemblements comptaient souvent moins d’une centaine de participants, mais au total, environ 130 actions, tragiques ou drôles, ont été organisées devant des mairies, des monuments aux morts ou des centrales nucléaires à l’appel du réseau "Sortir du nucléaire" (plus de 800 associations fédérées).

Ainsi, à Laval, des militants ont fait don à EDF de ferraille à béton, puisque "EDF, AREVA, Bouygues et consorts n’ont pas les moyens de ferrailler correctement les fondations de l’EPR de Flamanville".

A la grande braderie de Chambéry, Sortir du nucléaire se vantait de casser les prix sur les réacteurs nucléaires, et à Lyon, des militants distribuaient des "noix de Tchernobyl" et des pastilles d’iode en souhaitant ironiquement "un deuxième Tchernobyl" aux passants. Sur leurs pancartes, on pouvait lire "Tchernobyl le nuage s’est arrêté à la frontière Ouf !", pour dénoncer la désinformation permanente sur la catastrophe.

Une petite centaine de personnes vêtues de noir et de masques blancs portant le logo nucléaire ont manifesté aussi devant le centre du Commissariat à l’énergie atomique (CEA) à Cadarache (Bouches-du-Rhône). Des croix en bois ont été plantées sur un rond-point, simulant un cimetière. Puis le groupe a déployé une banderole "Tchernobyl, 26 avril 1986 ; Cadarache, quand ?".

A Toulon, une cinquantaine de personnes masquées ont distribué des tracts avant de se rendre à la préfecture maritime où Louis Scappini, porte-parole local des Verts, a dénoncé une mauvaise information de la population sur les risques nucléaires et appelé à un désengagement nucléaire progressif.

A Strasbourg comme dans plusieurs villes, les sympathisants étaient appelés à apporter une fleur ou un bouquet pour exprimer leur deuil.

A Brignoles (Var), une dizaine de manifestants s’est réunie derrière un cercueil et une couronne mortuaire à la mémoire des victimes de Tchernobyl, déposés ensuite devant la sous-préfecture.

A Fessenheim (Haut-Rhin), une centaine de militants, dont 40 avec un masque blanc muni du logo nucléaire, se sont rassemblés devant la plus vieille centrale nucléaire du parc EDF. Le sénateur-maire haut-rhinois Jacques Muller (Verts) a souhaité que l’Alsace devienne la première région de France qui démantèle sa centrale et devienne un modèle pour l’Europe, puisque, "aujourd’hui on ne sait toujours pas comment faire pour démanteler une centrale nucléaire", a-t-il dit.

A Bordeaux, sous l’égide du président de Sortir du nucléaire, Stéphane Lhomme, une quarantaine de militants s’étaient rassemblés dès vendredi, portant des masques blancs et des banderoles avec "Avant un nouveau Tchernobyl, sortons du nucléaire".

A Paris, une soixantaine d’opposants au nucléaire portant des maques blancs se sont rassemblés samedi matin Place de l’Opéra, en hommage à "ceux qui sont morts et ceux qui continuent à mourir", après Tchernobyl.

A Tourcoing, près de Lille, une cinquantaine de militants Verts et de sympathisants ont participé à un "die-in" devant un local EDF, en s’allongeant par terre et en dessinant la forme de leur corps à la craie sur le trottoir.