AFP (5) - 25/04/08

Sortir du nucléaire se mobilise à Bordeaux pour les 22 ans de Tchernobyl

Une quarantaine de militants du réseau Sortir du nucléaire se sont rassemblés vendredi à Bordeaux à la veille d’une "journée internationale de mobilisation contre le nucléaire", à l’occasion du 22e anniversaire de la catastrophe de Tchernobyl, a constaté un journaliste de l’AFP.

Portant des masques blancs et arborant des banderoles où l’on pouvait lire "Avant un nouveau Tchernobyl, sortons du nucléaire", les militants se sont regroupés sur les marches du Grand Théâtre et des tracts intitulés "Tchernobyl 22 ans après, la catastrophe continue" ont été distribués aux passants.

"Il s’agit de l’ouverture d’une journée mondiale appelée +Chernobyl Day+, qui verra 180 initiatives contre le nucléaire se tenir dans le monde entier, dont 130 en France", principalement samedi, a expliqué à l’AFP Stéphane Lhomme, porte-parole du réseau.

"Nous demandons un plan de sortie du nucléaire dans tous les pays où ça n’est pas encore le cas, la vérité sur les conséquences de l’explosion de la centrale de Tchernobyl (dans la nuit du 25 au 26 avril 1986, NDLR) et nous nous opposons aux constructions de centrales dans les pays où il n’y en a pas encore", a poursuivi M. Lhomme.

Affirmant que "le nucléaire ne représente que 2,5% de la consommation mondiale d’énergie", Stéphane Lhomme a appelé "les pays riches et les pays émergents" à pratiquer "des économies d’énergie".

Le militant a également soutenu que l’indépendance énergétique de la France n’était pas plus assurée avec l’énergie nucléaire qu’avec les énergies fossiles car "le combustible est à 100% acheté à l’étranger".