Belga

Départ de Genève d’une marche anti-nucléaire, arrivée le 9 juillet à Bruxelles

Une vingtaine de militants ont entamé lundi à Genève une marche internationale de 1 200 km contre le nucléaire. Leur arrivée est prévue le 9 juillet à Bruxelles après avoir traversé la Suisse, l’Allemagne, la France, les Pays-Bas et la Belgique.

Bannières multicolores au vent, les marcheurs se sont rassemblés sur la place des Nations, devant l’ONU, et ont respecté une minute de silence en souvenir des victimes de la catastrophe de Tchernobyl, il y a 23 ans.

A raison de quelque 25 kilomètres par jour, ils prévoient d’être le 1er mai à Lausanne, les 4 et 5 mai devant la centrale nucléaire de Mühleberg, le 7 mai à Berne, le 13 mai à Bâle. En Allemagne, ils manifesteront notamment devant des bases militaires de l’OTAN, explique Yann Forget, du Réseau Sortir du nucléaire, une fédération de 842 associations.

Chacun peut se joindre pour une étape ou pour plusieurs jours. Les militants, de plusieurs nationalités, dénoncent la relance des programmes du nucléaire civil dans plusieurs pays, alors que cette source d’énergie comporte de nombreux risques pour la santé et l’environnement (déchets, radiations, mutations génétiques, prolifération sur le plan militaire).