Genève (Suisse)

Tchernobyl Day à Genève, organisé par le Collectif IndependentWHO

Vendredi 24, à l’image de ce que nous faisons ici depuis 2 ans (www.independentwho.info), une Grande Vigie a été mise en place face à l’OMS et sur 800 m en direction de l’ONU. Les portraits de 285 liquidateurs ont été placés les uns à la suite des autres sur le trottoir et cinquante cinq personnes, avec un masque et un panneau avec l’affiche représentant les 50 ans de soumission de l’OMS à l’AIEA ,se sont placés derrière ces portraits tout le long de ce parcours. De 16 h à 18h. les conducteurs des centaines de véhicules qui sortent de l’OMS à ce moment là n’ont pu rester insensible à cette silencieuse et impressionnante haie d’honneur (d’horreur ?).... du moins peut-on l’espérer. A 17h30, un petit groupe a été remettre à Madame Chan (directrice de l’OMS) une lettre ouverte, tandis que les autres poursuivaient la vigie.
Samedi 25, un grand soleil nous a accompagné toute la journée pour l’hommage aux liquidateurs que nous avons rendu sur la place du Rhône, au centre de Genève. Nous n’avions pas fini d’installer les 285 portraits que déjà les premiers piétons s’arrêtaient. Dans cet endroit très passagé, tout au long de la journée les visiteurs se sont succédés avec beaucoup de questions et d’échanges intéressants.
A 15h, l’inauguration s’est faite en présence de nombreuses personnes avec des interventions d’Alison Katz du collectif, de Rémi Pagani (membre du conseil administratif et représentant la ville de genève), de Wladimir Tcherckoff et de Youri Bandajevsky arrivé parmi nous à midi.
Juste après la marche Genève-Bruxelles, pour la paix et un monde sans nucléaire, a pris son départ, un cortège fourni et coloré.
A 18h , Youri Bandajevsky a fait une conférence à L’Espace de la Fusterie, conférence à laquelle 65 personnes ont assistés. Puis à 20 h nous nous sommes retrouvés à nouveau à la Fusterie à une bonne cinquantaine pour assister à la création théâtrale « la supplication » présentée par la troupe des Thébains venus spécialement de Grenoble. Un moment fort, comme pour toutes les mises en scène autour de ces textes bouleversant de Svetlana Alexievitch, qui a été suivi d’un petit échange avec le metteur en scène.
Dimanche, c’est sur le Quai du Mont Blanc que nous avions installé l’exposition des portraits. Un peu moins de promeneurs qu’on pouvait l’espérer (à cause d’un soleil absent ce jour là) dans cet endroit habituellement très fréquenté. Néanmoins la fréquentation autour des portraits a été continue avec encore une fois des gens très touchés par cette tragédie dont la plupart ignorait l’ampleur, voire ne la connaissait pas du tout. Pour la seconde année consécutive, nous avons pu voir l’impact fort qu’à cette exposition et elle représente sans aucun doute un excellent moyen de toucher un large public.
Trois journées très réussies donc avec tout de même le regret, comme si souvent, de n’avoir eu la visite que d’une seule journaliste.

Pour le collectif IndependentWHO Christophe Elain