L’Alsace

Tchernobyl 17e rassemblement pour ne pas oublier

Une trentaine de membres avaient sorti banderoles et panneaux sur les marches du temple Saint-Etienne. Photo Denis Sollier

Une trentaine de membres avaient sorti banderoles et panneaux sur les marches du temple Saint-Etienne. Photo Denis Sollier

Des membres de l’association Les enfants de Tchernobyl se sont retrouvés, hier place de la Réunion à Mulhouse, pour une manifestation silencieuse.

Thierry Meyer, président fondateur de l’association Les enfants de Tchernobyl, avait une nouvelle fois donné rendez-vous à ses membres hier place de la Réunion, à Mulhouse. Le 26 avril 1986, l’explosion de la centrale nucléaire basée en Ukraine faisait des ravages. Et 23 ans après, la contamination d’une zone — aussi grande que la Suisse — trinationale entre l’Ukraine, le Bélarus et la Russie est toujours critique. « On sait déjà qu’il faudra deux ou trois siècles pour que ces terres ne soient plus radioactives », explique-t-il d’entrée.

180 enfants cet été

Depuis des années, son association se bat pour permettre à des enfants de passer des vacances loin de cette zone. Cet été encore, 180 enfants — venant principalement d’Ukraine, mais également de Russie — seront accueillis par des familles alsaciennes. « Nous travaillons avec l’académie des sciences d’Ukraine sur la mesure de radioactivité interne de la population, souligne-t-il. Quand ces enfants passent trois semaines en Alsace, il y a une réduction de 30 % de leur taux de contamination. Nous nous occupons également de réaliser des cures à base de produits naturels sur place. Là aussi, les baisses sont notables. Et le ministère de la Santé ukrainien vient enfin de valider nos résultats. »
Cette avancée ne sonne pas comme une victoire et l’association ne compte pas s’arrêter là. « Nous aidons également 800 familles sur place avec des bons d’achats alimentaires, conclut-il. Depuis la catastrophe, nous sommes présents dans cette zone et nous le serons encore longtemps. »

Grégory Lobjoie