Le Bien Public - 27/04/08

Manifestation antinucléaire
Des masques contre l’oubli

C’était le 26 avril 1986, à 1 h 23 : le réacteur numéro 4 de la centrale nucléaire de Tchernobyl, située à une centaine de kilomètres de Kiev en Ukraine, explosait, contaminant ainsi d’un coup la majeure partie de l’Europe.

Rassemblement pour agir
Vingt-deux ans après, il s’avère toujours aussi difficile de dresser un bilan chiffré de la plus grande catastrophe nucléaire civile de l’histoire. A Dijon, une soixantaine de militants antinucléaires s’étaient rassemblés à l’initiative de plusieurs associations parmi lesquelles le collectif local pour la protection de l’environnement (CLAPEN 21), les Verts de Côte-d’Or, la LCR, Greenpeace et le réseau Stop EPR.

Une marche silencieuse
Tous masqués et de blanc vêtus, tels les techniciens d’une centrale, ils ont marché en silence en mémoire de ceux qui ont péri et rappelé par là même la spécificité du nucléaire. « La contamination radioactive est inodore et invisible mais elle modifie durablement la carte génétique de ceux qui ont été exposés » précise Catherine Hervieu, porte-parole des Verts en Côte-d’Or. « Il manque un vrai débat démocratique sur cette question pour laquelle la règle du silence s’impose alors qu’il existe des solutions palliatives au nucléaire moins coûteuses et surtout moins dangereuses », concluait-elle.
A.F.