Ouest-France (1) - 28/04/08

Sortir du nucléaire commémore Tchernobyl

Les militants anti-nucléaires ont investi samedi le marché de Fougères pour commémorer à leur manière l’anniversaire de l’accident de Tchernobyl.

Quelques tracts et une vingtaine de militants parfaitement immobiles et silencieux sur le marché de Fougères, vêtus d’une fausse combinaison anti-nucléaire : les militants de l’association Sortir du nucléaire avaient décidé de frapper les esprits, samedi matin, 22 ans jour pour jour après l’accident de la centrale nucléaire de Tchernobyl.

« Par cette action, nous voulions d’abord rendre hommage aux liquidateurs de Tchernobyl », explique André Robinard, militant de Sortir du nucléaire. Les liquidateurs sont ces hommes, civils et militaires, qui se sont relayés sur le site de la centrale soviétique pour éteindre l’incendie du réacteur endommagé et construire un sarcophage autour de lui. Nombre d’entre eux ont payé ce sacrifice de leur vie.

C’est pour éviter un nouveau Tchernobyl que les militants anti-nucléaire se sont mobilisés : « Nous voulons rappeler qu’un accident nucléaire peut de nouveau avoir lieu n’importe quand, en France ou dans le monde », explique André Robinard. L’industrie nucléaire est accusée par l’association de ne pas informer la population des risques encourus. « Ce qui se passe avec la construction de l’EPR montre que nucléaire, transparence et démocratie ne font pas bon ménage. »

Les militants de Sortir du nucléaire en ont donc profité pour réclamer une nouvelle fois l’arrêt de la construction de ce réacteur de troisième génération, dont un exemplaire doit être construit à Flamanville (Manche) d’ici à 2012. Pour cela, ils s’appuient sur la révélation en 2006 d’un document classé « confidentiel défense » que s’était procuré Sortir du nucléaire.

Il révélait que le futur réacteur de Flamanville ne serait pas capable de résister à un choc avec un avion de ligne. À la suite de cette révélation, le porte-parole de l’association, Stéphane Lhomme, avait été mis en garde à vue par deux fois, en 2006 et en 2008. (Ouest-France du 18 mai 2006 et du 26 mars 2008).